• S'abreuver à la Source  

    Le besoin de "connaître" Ce que Vous êtes en Réalité vous en éloigne.
    Car Ce que Vous êtes est déjà pleinement là, en amont de tout "savoir".
    Faites-vous ce cadeau de vous laisser le ressentir.
    Simplement laissez résonner ce sentiment, cette conviction intime et profonde, cette intuition fine "Je Suis" jusqu'à vous y laisser fondre totalement.
    Vous abreuver à cette Source, sans modération, sans relâche.
    Osez y mettre toute votre confiance, tout votre Coeur.
    là demeurent Paix, Joie.
    Une paix et une joie qui s'écoulent naturellement et sans aucune relation avec les évènements de votre vie.
    Une paix et une joie qui ne peuvent tarir.
    Une paix et une joie de Reconnaissance.
    Une paix et une joie en Soi.

     

    La Liberté, trésor niché au coeur de l'Instant   

    La liberté n'a besoin d'aucun effort pour être.
    Est-ce qu'une pâquerette des champs se préoccupe de savoir si elle est libre ou non ?
    La liberté, c'est de ne pas se préoccuper des pensées qui passent. Les pensées sont toujours évanescentes, elles naissent, s'expansent et s'évanouissent.
    Tout effort pour trouver la liberté vous en éloigne car vous avez déjà la croyance ferme qu'elle n'est pas présente. Et vous avez aussi une idée précise de ce qu'elle doit ou devrait être.
    Si cette croyance est maintenue, vous ne pouvez être pleinement présent ni même apprécier ce que vous êtes en train de faire car vous vivez "dans votre tête ".
    Vous êtes alors focalisés sur la pensée d'un futur prometteur qui vous donnera enfin cette liberté tant méritée.
    Comment trouver une détente corporelle et psychologique dans cette contraction, cette "tension vers..." permanente ? Cela est impossible.
    La liberté ne siège pas dans la tête.
    La liberté est au coeur de chaque instant.
    Elle est un alignement parfait avec tout ce qui se vit, que l'on soit en bonne santé ou malade, heureux ou triste, accompagné ou seul......
    Cette liberté transcende alors l'expérience, elle la sublime car elle est pleinement traversée, dans sa simplicité.
    C'est la fin de l'histoire souffrante.
    La liberté est au coeur de l'Instant.
    Trouvez ce trésor et vous serez alors toujours libres.
    Libres de toute pensée,
    Libres de tout conditionnement,
    Libtes de toute souffrance,
    Libres du temps.
    Cet instant est le moment présent.
    Cet instant est "Présence".
    Les pensées de liberté ou d'enfermement surgissent de la "Présence ",
    Elles sont au coeur de la Présence.
    Les différents états psychologiques sont au coeur de la Présence.


    Tout est déjà si pleinement embrassé, enveloppé dans la Présence.
    Tout est Présence.
    Vous êtes Présence.
    C'est la liberté même.

     

    L'Acceptation est l'Amour même  

    L'Acceptation ne fait pas référence à un évènement, à une situation,
    Elle ne fait pas référence à un temps futur,
    Elle ne fait pas référence à quelqu'un qui doit accepter,
    Et elle ne fait pas référence à une stratégie dans le but de ressentir un mieux être.

    L'acception découle d'un lâcher personnel de tout désir de modifier la couleur de l'expérience.
    Elle découle d'un abandon, d'un effondrement de "moi".

    L'Acceptation est alors Ouverture,
    Elle est Accueil, bonté pure,
    Elle est disponibilité, réceptivité,
    Elle est Regard cristallin.
    Un Regard qui ne demande pas que ce qui est soit différent,
    Un Regard neutre et bienveillant qui embrasse tout,
    Un Regard sans regard.
    Un Regard qui Est tout.
    Un Regard Amour.

     

    JE SUIS  

    Plonge ton coeur dans ce qui te semble être à l'intérieur de toi,
    redécouvre ce sentiment subtil et laisse le t'emporter, laisse toi couler et fondre dans ce silence pur,

    "JE SUIS"  

    Ne cherche pas loin de toi, il est là, juste là,
    si proche, si intime que tu n'y fais même plus attention,

    "JE SUIS"  

    Sois confiant,
    tu ne peux t'en détourner, tu ne peux t'en éloigner et tu ne peux le manquer, il est ce que tu es.
    Alors bien sûr, tu te connais.
    Il te suffit maintenant de te reconnaître.
    Laisse simplement résonner :

    "JE SUIS"  

    jusqu'à ce qu'il ne demeure plus que Silence, un silence libre de ce que tu croyais être,
    une douceur enveloppante,
    une quiétude naturelle,
    une clarté pure,
    une Présence éveillée,vivante, aimante.

     

     


    8 commentaires
  • L'imperfection est Perfection  

    Ne vous critiquez pas pour les "erreurs" commises.
    Ne les attribuez pas à votre personne.
    Ne les jugez pas, ne les condamnez pas non plus.
    Juger entraîne une lourdeur mentale.
    Juger vient alimenter l'histoire et accroître les contractions corporelles déjà existantes.
    Juger vient siphonner votre énergie.

    Plutôt voyez clairement que vous n'avez pas choisi de les commettre.
    Voyez clairement que vous auriez fait autrement si vous aviez pu.
    Comprenez intimement qu'elles ne sont que le fruit de conditionnements qui se jouent de manière plus ou moins conscientisée.
    Voyez clairement que tout se déroule "de soi-même", sans aucun "moi" auteur, un "moi" qui prétend pouvoir contrôler le flux de la vie, un "moi" qui prétend pouvoir changer les choses alors même qu'elles sont déjà là.

    Ainsi ces "erreurs" ne seront pas suivies d'une "ré-action".
    La réaction n'est que la conséquence d'une vue fragmentée de la réalité.
    L'action pure, juste est alignée. Elle vient directement du Coeur et n'est pas voilée par le filtre mental.

    Posez-vous là et voyez.
    Voyez qu'il y a une Présence douce et fine qui est là et qui les enveloppe, les accueille déjà pleinement d'un Amour infini.
    Voyez que cette Présence n'est absolument pas atteinte, entachée par ces "erreurs". Elle demeure claire, libre de...
    Alors les "erreurs" ne peuvent même plus être nommées "erreurs".
    Elles sont sublimées et deviennent transparentes, légères.
    Elles ont simplement perdu leur pouvoir de fascination.
    Elles ont fondu, se sont dissoutes dans la Présence.
    Elles sont redevenues Présence.
    Elles sont Vie même.

    La Présence est Amour, Vie.
    En son Sein, jamais d'erreur.
    Simplement ce qui Est.

    Gratitude

     


    8 commentaires
  • Bienvenue "à la maison"  

    "Je" n'est pas quelqu'un.
    "Je" est une pensée qui émerge directement du Coeur.

    La simple joie d'être est au coeur du Coeur.

    Il suffit de retrouver le chemin du Coeur.
    Le retrouver, c'est voir clairement ce que je ne suis pas, c'est ôter les voiles du savoir, lâcher les armes d'un désir de contrôle.

    Alors le Coeur se révèle dans sa splendeur originelle, intacte, intouchable.
    Il éclaire toute vie, il est toute vie.

    Oh rien d'extraordinaire, non,
    Pas d'effusion éphémère,
    Pas d'émotion débordante,

    Une subtile douceur enveloppante, bienveillante.
    Une subtile douceur invitant au repos et à la dépose.
    Une subtile douceur qui guérit en profondeur,

    C'est le pouvoir de l'Accueil,
    C'est la merveilleuse beauté de l'Accueil.

    Là, tout se décrispe,
    tout se résorbe,
    tout fond en son sein,
    il ne reste alors que le Coeur.

    Vous n'avez rien à faire pour être Ce coeur, il n'a jamais cessé d'être.
    Osez simplement déposer votre totale confiance en lui,
    Osez vous en remettre totalement à lui.

    Demeurez alors en ce Coeur,
    Demeurez surtout en tant que lui-même,

    là est votre vraie nature,
    Là est votre véritable "chez vous"  

     

    Il est où le bonheur ?  

    Le bonheur n'est pas un état présent ou à venir, à espérer.
    Il est inhérent à ce que vous êtes,
    Il est votre nature même,
    c'est l'état naturel de l'être.
    Joe, paix et tranquillité en sont les caractéristiques.
    Alors ne le cherchez pas à l'extérieur,
    trouvez le au coeur de vous-même.
    Au coeur de vous-même ne signifie pas à l'extérieur ni même à l'intérieur du corps,
    Au coeur de vous-même signifie avant les sens et la pensée, avant même l'image que vous avez de votre corps.
    Là réside un Espace sans limite, sans forme, c'est le Soi, l'Amour.
    Découvrez cet espace, il est Lumière éternelle à jamais présente.
    Rejoignez-le, c'est ce que vous avez toujours été en vérité, sans le savoir.
    Et puis incarnez-le, devenez cela, consciemment.

    Car lorsqu'il est reconnu, dévoilé, vécu alors le Soi peut véritablement "porter ses fruits" dans le monde.
    En tant que Cela, voyez que tout ce qui est alors expérimenté est sublimé, magnifié.
    Non pas que l'expérience se soit modifiée pour autant, non rien n'a été touché, tout est tel que c'est.
    C'est l'expérience que vous en faites qui s'est modifiée, il y a eu changement de Perspective.
    Alors ce qui arrive est la justesse même, car tout est déjà accueilli, sans condition aucune. Le jugement, le refus ne sont plus.
    C'est l'évidence, tout est Vie.
    Le Regard alors est frais, innocent. C'est le regard de l'enfant.

    Ce que vous êtes s'est révélé à lui-même.                                 
    Vous êtes, simplement.
    Vous êtes le Bonheur même.

     

     


    2 commentaires
  • Article paru dans le n° 123 de la revue 3ème millénaire du mois de mars 2017

     

    L’attention

     

    Lorsque l’attention est rattachée, intimement liée au sentiment et à l’idée d’être une personne, un individu séparé du reste du monde, elle est ressentie comme étant personnelle et faisant référence à un mouvement. « Je » porte attention à, « je » dirige mon attention vers.

    Il y a le sujet de la perception « moi », l’orientation vers et l’objet de perception.

    Ainsi je peux poser mon attention sur ce que je pense être à l’extérieur de moi : un objet, un paysage, un évènement.

    Je peux aussi poser mon attention sur ce que je pense être à l’intérieur de moi, à l’intérieur du corps : pensées, sensations.

    Dans les deux cas, l’attention est un « faire » apparent, elle est active en quelque sorte puisqu’elle pointe et s’étend jusqu’à l’objet de perception pour venir s’y fixer.

    Si vous observez un peu plus précisément ce qui se produit, elle semble s’étirer jusqu’à découper le champ perceptif en différentes formes, visuelles ou non, que l’on va ainsi nommer objets ou sensations particulières. Elle opère ainsi un « zoomage », une vue rapprochée permettant ainsi d’isoler une partie du champ perceptif, une partie du tableau.

    Maintenant je vous invite à continuer l’observation ou plutôt à ne plus rien faire. Ne plus rien faire ne signifie pas arrêter de faire quelque chose ni même essayer. Il s’agit ici plutôt de laisser être, de permettre à tout ce qui se présente d’être tel qu’il est sans y toucher et sans tenter de s’y agripper ou de vouloir le faire disparaître. L’attention n’est alors plus portée sur aucun élément du décor à l’extérieur de nous, ni en nous. L’attention n’est plus non plus tournée sur « nous », autrement dit sur la pensée que nous avons de nous, ni même l’image que nous avons de nous. Il n’y a ainsi plus personne pour s’approprier quoi que ce soit.

    L’attention n’est plus orientée, aucun effort n’est produit. Il s’agit simplement d’une détente du Regard en Soi, sans plus personne pour le dire ou en avoir conscience. Reste ce qui se produit, ce qui est.

    L’attention devient écoute, regard, réceptivité totale, un accueil inconditionnel de tout ce qui apparaît. Il est alors vu, perçu, par personne, que les objets, sensations et perceptions  apparaissent, émergent en elle.

    On ne peut bien sûr rien dire de cette attention car inévitablement, dire serait s’en éloigner. Elle est en réalité là avant toute parole et pensée.

    L’attention entre alors en intimité fine avec tout ce qui est perçu pour ne former qu’une seule et même réalité. Elle n’est plus objectivable. On ne peut alors plus parler non plus d’attention. Il n’y a plus aucune référence à la mémoire. Passé, futur et même présent en tant que moment propre et délimité n’ont pas de réalité.

    Il n’y a plus que cet Instant, sans temps.

    Une attention sans plus aucun regard, personnel ou impersonnel.

    Un champ d’accueil illimité sans plus personne pour accueillir.

    Un espace de clarté, vide et plein de tout ce qui apparaît, sans discrimination aucune.

    L’Absolu, Un, Amour en Soi.

    Ce que nous Sommes.

    Gratitude.

     


    10 commentaires
  • L'arrêt de la recherche

    L'arrêt de la recherche n'est pas exactement ce que l'on appelle Réalisation du Soi.
    Sur un plan existentiel, l'arrêt de la recherche est la conséquence naturelle de la Réalisation.

    La Réalisation est la vision pure qu'il n'y a pas un quelqu'un qui puisse continuer ou arrêter de chercher.
    Tout se produit de soi-même, sans auteur, dans un mouvement naturel de Vie.
    Dans cette vision, la Plénitude se révèle en tant que vide plein de la recherche et de l'absence de recherche.

    Le Merveilleux est alors la Révélation très claire qu'il n'y a aucune exclusion, que tout, absolument tout, est déjà pleinement accueilli tel qu'il est.
    Que serait l'Amour inconditionnel si il n'embrassait que la moitié des phénomènes ?
    Et puis le Merveilleux est aussi la Révélation très claire que les phénomènes et l'Amour sont une seule et même réalité. Une seule substance.

    C'est l'Amour authentique, avec un grand A,
    L'Amour en tant que Coeur, Essence de "toute chose apparemment apparente",
    La beauté d'une intimité aimante,
    Une transparence immaculée,
    L'Infinitude qui jamais ne meurt.

    L'illusion de la séparation s'en est allée.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires