•  

    La recherche de la paix, du bonheur est l 'expérience même de la souffrance.
    Lorsqu'il n'y a aucune quête d’un ailleurs, d’un autre état, d’un futur meilleur, autrement dit quand l’instant est pleinement vécu, embrassé, tel qu’il est, sans interprétation mentale, aucune souffrance, aucune pensée "souffrance" ne peut émerger.
    La souffrance est l'activité même de résistance à l'instant.
    Et l'activité même de résistance est interprétation mentale de ce qui se présente.
    Alors, si une résistance apparaît, ne pas y résister :) 
    La laisser Être pleinement.
    Là résident Paix et Clarté.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Janvier 2016 à 09:03

    Bonjour Marion, tes propos sont assez paradoxaux car habituellement, pour ne plus souffrir, il vaut mieux ne plus ne plus s'appesantir sur la souffrance et penser à autre chose. Toi tu dis le contraire...!

      • Mercredi 27 Janvier 2016 à 09:47

        Bonjour Ilios,

        ce n'est pas véritablement ainsi :)

        Il ne s'agit pas de ne plus penser ou s'appesantir sur la souffrance mais de voir que penser à autre chose est un évitement de la souffrance. Le mouvement est alors : "je n'en veux pas", c'est ce que j'appelle résistance à l'instant. Et cette résistance est elle-même souffrance.

        L'invitation est ici de voir que la souffrance est là et que chercher à la dissimuler ou y échapper est peine perdue, elle est là. Alors se laisser la ressentir pleinement., comme on prend un bébé  dans ses bras, avec amour  et voir qu'à un moment, elle se dissout d'elle même, alors demeure la paix que tu es.

        Du Coeur

    2
    clodette
    Mercredi 27 Janvier 2016 à 11:19
    Ma beauté
    Ces mots me font du bien en ce moment il y a mouvements
    je t'embrasse d'amour
      • Mercredi 27 Janvier 2016 à 11:41

        Pensées tendres et douceur pour toi en ce temps de mouvements  :))

        Dans le Coeur avec toi ma Clodette

    3
    Louise
    Mercredi 27 Janvier 2016 à 20:47

    Merci pour ces mots Marion. Mais quand la souffrance est une "glue" car Trop marquée en soi, c'est le "je"qui n'arrive pas à s'en sortir (et là il arrive que d'autres - en plus - mettent bien le doigt dessus !!!! ... c'est de la violence !! je le ressens vraiment ainsi. Help ! Merci à vous

      • Jeudi 28 Janvier 2016 à 19:00

        le "je" auteur des actions n'existe pas.

        Peut-être peux-tu d'abord investiguer : est ce que le "je" dont je parle a une réalité propre ? puis-je le trouver ? :))

    4
    Vendredi 29 Janvier 2016 à 13:26

    Donc si je comprends bien, la "recherche "de qui on est nous éloigne de la vérité. Il est donc mieux de rester avec ce que nous sommes, dans l'instant présent. Le problème c'est que ce "vide", ce "rien" qui est quelque fois aussi imagination, fait que je ne sais plus où j'en suis. Peut-être suis je trop cartésien!

      • Vendredi 29 Janvier 2016 à 14:51

        oui c'est cela parce que la recherche induit la croyance, pensée crue en un "je" qui recherche quelque chose à l'extérieur de ce qu'il pense être pour atteindre le bonheur. Qui tu es est déjà là, simplement masqué en apparence par la pensée.

        et voir aussi que "le vide, le rien fait que je ne sais plus où j'en suis" est aussi une interprétation mentale, une pensée crue, prise pour vraie :)

        Si ces pensées ne sont plus, comment est-ce dans l'instant ? :))

         

    5
    Vendredi 5 Février 2016 à 13:05

    J'ai effectivement, lorsqu'il n'y a plus d'interprétation mentale, une impression de silence, de calme intérieur mais si c'est ce que je suis vraiment, ce ne me parait pas exceptionnel comme avec une prise de conscience où je me dis:" Ca y est, j'ai définitivement compris". Et puis, je ne reste pas dans cette situation, d'une certaine manière, je reprends mon train train habituel!

      • Vendredi 5 Février 2016 à 13:38

        Oui, parce qu'il y a attente d'autre chose, d'un état particulier, quelque chose d'extra-ordinaire : "ce ne me parait pas exceptionnel".

        Cela ne parait pas exceptionnel pour qui ?

        "ce ne me parait pas exceptionnel" est juste une pensée qui est crue sans même être remise en question.

        Comme dans la précédente réponse, si cette pensée n'est plus, comment est-ce dans l'instant ?

        Ce que tu es n'est pas appréhendable mentalement , c'est une perception directe de la Réalité :)), autrement dit ce que tu es se reconnaît ou se révèle à lui-même,  dans l'instant.

        Et ce que tu es n'a pas besoin d'être tout le temps conscientisé pour se savoir être :)

    6
    Mardi 9 Février 2016 à 15:43

    Merci pour les réponses, j'ai toujours eu du mal à comprendre ce que toutes les personnes "éveillées" nomment: "Ce qui est". Quel est le lien entre un individu et "ce qui est"  dans le cadre de l'éveil. Est ce que d'un seul coup il y a une absorption dans ce qui est...?

      • Jeudi 11 Février 2016 à 13:45

        Oui, "Ce qui Est" ne peut être compris :)), c'est ce que nous sommes.

        L'individu, ou  corps mental, ainsi que toute la manifestation, apparaissent en Ce qui Est.

        A un instant précis,  cette reconnaissance est perçue directement, il y a retournement du regard, vision directe que je ne suis pas ce que je croyais être, mais ce en quoi tout émerge. En ce sens, on peut dire qu'il y a absorption en ce qui est.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :