• UNE SIMPLE IMPRESSION DE SEPARATION

    L'insatisfaction, une tristesse de fond récurrente, une vague impression de mal être au réveil qui peut colorer la journée entière ....sont des sentiments que nous connaissons et ressentons tous plus ou moins consciemment et intensément à certains moments de notre vie.

    Ces impressions ne proviennent pas, comme nous le croyons, de ce que nous n'avons pas et qui nous manquerait, de ce que nous voudrions changer dans notre quotidien, mais du simple "oubli" de notre nature profonde.

    Elles résultent du sentiment subtil de séparation. Ne le croyez pas réel, il demeure une simple impression déjà pleinement accueillie, déjà pleinement embrassée en Cela même que vous Êtes, Conscience.


    votre commentaire
  • "Prendre refuge dans le Bouddha"

    "Prendre refuge dans le Bouddha" n'est pas fuir l'existence et se réfugier dans une tranquillité d'arrière plan pour éviter plus ou moins consciemment de ressentir ce qui m'habite. Ce calme transitoire est une fuite, un refus d'être avec ce qui se présente.

    "Prendre refuge dans le Bouddha", c'est vivre en tant que Conscience pure, quels que soient les évènements qui jalonnent la vie.
    Cette Conscience, qui emplit et anime alors notre corps a un pouvoir de transformation très puissant.
    En elle les émotions dites négatives perdent leur aspect souffrant, elles sont perçues comme des vibrations vivantes et deviennent alors cristallines, épurées, transparentes.
    Il me vient souvent le mot d'une "alchimie".
    On peut dire alors que Cela qui est éternellement éveillé se réalise, se manifeste.

    Cette intégration au coeur même de l'être est magnifique et transcendante, car alors les vagues de l'existence restent des vagues mais elles ne sont plus saisies, elles passent et sont même magnifiées par la Conscience.
    La souffrance n'est alors plus souffrante, c'est ce qu'on appelle "la fin de la souffrance".
    Peu importe ce qui est vécu, la multiplicité des formes, sensations et couleurs est un tableau éphémère sans cesse renouvelé que je vis pleinement mais sans m'y attacher.
    A la fois l'incarnarnation est encore plus vivante qu'avant et à la fois il n'y a plus d'accroche ou identification avec ce qui se vit.

    La Lumière inhérente à l'état vierge de tout conditionnement brille et éclaire le monde.
    Il y la douceur d'une tristesse, la force d'une colère, la fragile subtilité d'une fleur des champs...
    aucune différence,
    identique beauté,
    Conscience Pure.

     


    2 commentaires
  • Notre vraie nature, ce que nous sommes, est Quiétude et Transparence

     

    Il est facile de penser et parler de notre Vraie nature.
    Y penser, en parler n'est pas "vivre" depuis et en tant que Cela.
    Lâches la pensée que tu es ce corps-esprit,
    Et découvres ce qui demeure alors.

    C'est ce que tu Es.

    *     *     *

    L'existence est telle une légère ondulation affleurant la surface du lac immobile.
    Jamais elle ne vient troubler sa Quiétude.
    Car la quiétude est la nature même de l'eau et la vaguelette n'en est pas séparée.

    Cette Reconnaissance est Grâce.

    *     *     *

    Percevez et ressentez simplement que Cela qui soutient et embrasse tous vos doutes, vos craintes, vos chagrins, vos colères....tout ce dont vous voulez vous débarrasser n'est lui jamais atteint, jamais affecté par tous ces remous existentiels.
    Il demeure vierge et paisible.
    Une transparence innocente.

    En Cela est le repos éternel.


    votre commentaire
  • L'AMOUR INCONDITIONNEL

     Chercher l'Amour vrai, inaltérable, authentique uniquement dans l'une de ses expressions est une mauvaise compréhension de ce que l'on appelle "l'Amour inconditionnel".

    Un fragment, une " partie de" n'est jamais la Réalité, le Tout.
    L'Amour inconditionnel est le Coeur accueillant toute forme, toute expression.

    Il ne peut être défini, il n'a pas de couleur, de tonalité particulière,
    Et il est là, là, là... où que vous soyez et quoi que vous fassiez.
    Il ne peut donc vous quitter, c'est ce que vous êtes en essence.
    Cette pure vastitude revêt et embrasse la multiplicité des formes.
    Vierge de toute projection et attente, cet Amour peut alors fleurir dans le monde.

    Simplement laisser s'étioler toute idée particulière à propos de l'Amour et ce qui est déjà pleinement et toujours là se dévoilera de lui-même.


    1 commentaire
  • C'est qui, c'est quoi "moi" ?

    Vous dites : je suis "moi".
    Mais qui est "moi" ? de quoi est-il constitué ?
    Il y a bien un corps, un mental, des conditionnements, des perceptions, des sensations et des pensées, et où est "moi" ?

    Plongez dans l'investigation, là maintenant.
    Vous dites par exemple : "j'ai un corps".
    Qui est ce "moi" à qui appartiendrait le corps ? Cherchez le bien dans votre expérience directe.
    Pouvez-vous le trouver ?

    Si vous ne parvenez pas à le saisir, investiguez encore plus profondément et découvrez :
    "moi" serait-il alors simplement une pensée apparaissant au cerveau et venant se superposer à ce que je suis déjà ?
    et de cette pensée graviteraient ainsi toutes les autres pensées formant l'histoire de "moi"?

    Voir cela est stupéfiant, un grand Sourire émerge alors et puis aussi un immense relâchement corporel : "AHHHH, cela n'était qu'une pensée" !
    Lorsque vous Réalisez cela, alors la réalité de l'histoire s'effondre.

    Allons maintenant un peu plus loin.
    Si "moi" n'a pas de réalité, si "moi" n'est qu'une pensée, qu'est ce qui observe cette pensée ?
    Cela ne peut être une autre pensée, comment une pensée pourrait elle observer une autre pensée ?

    Re-découvrez Cela qui perçoit, cela qui observe les pensées.
    Re-devenez "consciemment" Cela.

    Tout le monde en a une connaissance intuitive, un Su intime parce que c'est cela même que nous sommes.


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires