• La souffrance est toujours liée à une impression de séparation qui crée de la distance, un "en dehors de".
    La souffrance est toujours liée à un désir d'"autre chose" :
    un autre temps,
    un autre monde,
    une autre personne,
    une autre pensée,
    Un autre corps...
    Une autre sensation
    une autre expérimentation...

    Ce désir est en réalité une pensée de désir qui arrive là dans l'instant.
    Et lorsque cette pensée est saisie et son contenu pris pour la réalité, alors l'expérience de l'instant est comme voilée.

    Par définition, autre chose est ce qui n'est pas là, il n'a donc pas d'existence propre.
    Et ce n'est pas l'absence d'autre chose qui vous fait souffrir mais l'idée que l'absence doit cesser, l'idée que je ne peux être heureux si....

    Où est la souffrance lorsque vous "êtes", simplement, sans ajout mental ?
    Où est la souffrance lorsque demeure l'instant tel qu'il est, sans idée à propos de ce qu'il devrait être?

    Il n'y a que cet instant.
    Présence.
    Cet instant est ce que nous sommes

     


    votre commentaire
  • Le non attachement n'est pas le "détachement existentiel" ou une fuite dans une conscience d'arrière plan.
    Le non attachement est libre de l'attachement et du détachement.
    Il est vécu plein de l'instant sans plus aucune idée d'une quelconque attache.

    Il est alors réalisé clairement que attachement et détachement ne sont qu'une conception mentale.
    Et que la souffrance vient justement de la croyance qu'il y a possibilité d'être attaché.

    L'éveil n'est pas une modification de l'expérience.
    Il est perception différente de la réalité. Et dans cette perception, les opposés s'effacent, ils perdent leur caractère souffrant


    2 commentaires
  • Simplement lâcher l'attention vers...
    les pensées,
    les sens du corps,
    les perceptions,
    Lorsque l'attention se résorbe en elle-même, lorsqu'elle se détend de toute fixation, vous allez découvrir un silence.
    Il est si proche et tellement là que vous n'y faisiez même pas attention.
    Un silence, jusque-là quasiment ignoré, voilé par les tensions de l'attention sur un "autre chose".
    Ce silence est trésor, un trésor à "cultiver", à laisser être.
    Fusionnez avec ce silence,
    C'est-à-dire voyez que vous n'en êtes pas séparé, différent.
    Découvrez qu'il emplit tout, qu'il est porteur du monde,
    Puis découvrez qu'il "est monde.
    Ce silence est guérisseur des blessures du monde,
    Il est guérisseur des blessures de l'âme.
    Car ce silence est Amour même,
    Il infuse la matière,
    il étreint le monde,
    Il épouse la forme,
    Il est tout.
    Sans aucune préférence.
    Sans aucune intention.
    Sans aucune demande ni exigence.
    Une communion intime.
    Il est Cela même que nous sommes.

     


    3 commentaires
  • Souvent nous croyons que faire l'expérience constante de "Ce qui Est" est la preuve de la réalisation complète, et surtout le moyen ultime d'éviter la souffrance définitivement et d'être dans l'amour inconditionnel.

    Nous croyons, nous croyons mais nous ne voyons pas clairement.

    Car Ce qui est n'est pas "sous conditions"!
    Et Ce qui est ne peut être utilisé comme stratégie pour se débarrasser de ce que l'on ne veut pas!
    Ce qui Est n'est pas un sujet, ce n'est pas non plus une chose.

    Ce qui Est est l'essence même de toute apparence.
    Nous sommes donc cela.
    Il n'y a pas besoin d'une expérience particulière constante pour être déjà cela.
    Il n'y a pas besoin d'essayer de le maintenir consciemment pour être déjà cela.
    Tout effort, toute tentative dans le but de... est simplement une récupération mentale liée à une volonté personnelle de modifier l'instant.
    L'instant est toujours parfait tel qu'il est, même dans son imperfection existentielle la plus criante, car il est Ce qui est.

    L’organisme, lui, en fait parfois l'expérience, le conscientise et parfois il oublie.
    Et cela ne change rien à Ce qui Est.
    C'est toujours Ce qui Est.
    L'expérience va et vient.
    Et cela ne change rien à Ce qui Est.
    Ce qui Est est toujours conscient de lui-même en tant que lui-même.

    C'est toujours Ce qui Est,
    Car il n'y a que Ce qui Est

     


    votre commentaire
  • Il n'y a pas de " moi" donc il n'y a rien à faire
    Tout est moi.
    Le monde est en moi.
    Il n'y a rien ici.
    Cela qui Est est vacuité pleine.
    La transparence des choses.
    Il n'y a pas de sens à la vie
    Tout est déjà là...

    Essayer de comprendre mentalement ces phrases n'a aucun effet sauf celui de renforcer le mental, les idées que vous avez à propos de l'éveil.
    Cela n'est pas expérimenter, vivre Cela.

    D'un point de vue individuel c'est à dire tant que la croyance d'être "moi", corps mental n'a pas été vu comme une croyance, cela ne peut être perçu car vous cherchez à percevoir en tant qu'élément du rêve.
    C'est alors "moi" qui cherche à voir, à m'éveiller.
    L'impression de séparation est déjà effective.

    Et c'est cette impression même qui a besoin d'être déracinée.

    Voyez plutôt en quoi tout élément du rêve apparait, y compris "moi" et,
    Depuis et en tant que Conscience, alors la perception directe de ce à quoi renvoient ces phrases sera révélée.


    2 commentaires