• - Selon la perspective non duelle

     

    Depuis que nous sommes petits, nous apprenons que nous sommes « quelqu’un », qu’il y a « moi » et le monde, "moi" et les autres, et ce sentiment de séparation, de manque, d'incomplétude, crée la souffrance.  

     

     Alors la quête commence, une quête pour retrouver cette unité que l’on pressent et qui semble avoir été perdue.

    La recherche se tourne vers tout ce qui semble "extérieur à moi" : argent, amour, spiritualité..., une recherche vaine et sans fin pour retrouver ce qui a toujours été là.

     

    Et puis il y a cet instant de réalisation : il est alors vu que la réalité EST.

    Et cela se fait, par personne.

    Il n’y a pas « deux », pas une « entité » qui fait l’expérience de quelque chose en dehors d’elle-même, pas de centre, pas de percevant, pas de regard.

    il n’y a qu’Unité, il n'y a que Cela, Vie. Amour Absolu.

    Cette réalisation, sans personne pour réaliser quoi que ce soit, est Libération. Elle met fin définitivement à toute souffrance.

    Alors émerge, en apparence, la joie fine et douce de n'être personne.

     

     

                                                                   * 

                                                               *     * 

     

    Par une investigation sur la nature réelle de "moi", par une détente du Regard en Soi, peut surgir la vision que ce "moi" n'a aucune réalité.

    Cela se produit, simplement. Il n'est personne pour en décider, personne pour voir.

    Plus de pourquoi ni de comment.

    L'illusion de la séparation et tout sens et sentiment d'individualité s'évanouissent. Il y a reconnaissance qu'ils n'ont jamais été.

    C'est l'union sans deux.

    Et en apparence, un doux voile, une danse, une célébration.

     

    Gratitude